Homélie de l’Épiphanie du Seigneur

Math 2, 1-12 L’Épiphanie du Seigneur-B – RECIT DECONCERTANT

Le récit des Mages nous parle de la réaction de trois groupes de personnes. 1er groupe : des païens, les « mages », qui cherchent, guidés par la petite lumière d’une étoile. 2ème groupe : les représentants de la religion du Temple, qui restent indifférents. 3ème groupe : le puissant roi Hérode qui ne voit en cet enfant qu’un danger.

Les mages ne font pas partie du peuple élu et ne connaissent pas le Dieu vivant d’Israël. Nous ignorons tout de leur religion, leur origine et leur lieu d’habitation. Nous savons seulement qu’ils sont attentifs au mystère caché dans les cosmos. Leur cœur cherche la vérité de ce cosmos immense. À un moment donné, ils croient percevoir une petite lumière qui indique un Sauveur. Ils ont besoin de savoir qui il est et où il se trouve. Tout de suite, ils se mettent en route. Ils ignorent l’itinéraire précis qu’ils auront à parcourir mais l’espoir de trouver une Lumière pour le monde, brûle leur cœur.

Leur arrivée à la ville sainte de Jérusalem provoque un sursaut général. Hérode convoque la réunion du Grand Conseil des « chefs des prêtres et des scribes du peuple ». Ils sont les gardiens de la véritable religion mais ils ne cherchent pas la Vérité. Ils représentent le Dieu du Temple, mais ils restent sourds à son appel. Ils sont aveuglés par leur assurance religieuse. Ils savent où doit naître le Messie mais aucun d’entre eux ne s’approchera de Bethléem. Ils se consacrent à rendre à Dieu le culte prescrit dans la Loi, mais ils ne soupçonnent pas que le mystère du Messie dépasse toutes les religions et possède ses propres chemins de rencontre avec tous ses fils et toutes ses filles. Ils ne reconnaîtront jamais Jésus.

Le roi Hérode, puissant et violent, ne voit en Jésus qu’une menace pour son pouvoir et pour sa cruauté. Il fera tout son possible pour l’éliminer. À partir d’un pouvoir oppresseur on ne peut que « crucifier » celui qui apporte la libération.

Entre temps, les mages poursuivent leur recherche. Ils ne tombent pas à genoux devant Hérode car ils ne trouvent chez lui rien d’adorable. Ils n’entrent pas non plus dans le Temple grandiose de Jérusalem car, en tant que païens, on leur a interdit l’accès. La lumière de l’étoile les attire vers le petit village de Bethléem, loin de tout centre de pouvoir religieux et politique. En arrivant, ils ne voient que « l’enfant avec Marie, sa mère ». Rien d’autre. Un enfant sans éclat et sans aucun pouvoir. Une vie fragile qui dépend des soins d’une mère. Cela suffit pour éveiller chez les mages l’adoration.

Le récit est déconcertant. Ce ne sont pas les personnes installées au pouvoir ou enfermées dans leur sécurité religieuse qui trouvent ce Dieu caché dans la fragilité humaine. Mais il se révèle à ceux qui, guidés par de petites lumières, cherchent sans relâche une espérance pour l’être humain dans la tendresse et dans la simplicité de leur vie. Pouvons-nous être cette petite lumière ?

Le récit des Mages a été vu par les Pères de l’Eglise comme l’exemple de ces hommes qui, même s’ils étaient païens, ont été capables de répondre fidèlement à la lumière qui les appelait à la foi. Cette attitude nous invite à écouter tout appel nous encourageant à cheminer fidèlement vers le Christ.

Puissions-nous, au cœur de notre vie quotidienne, ne jamais perdre la capacité de rester ouverts à toute lumière pouvant éclairer notre existence et celle de nos proches, et ouverts à tout appel pouvant donner de la profondeur à notre vie.

Père Javier

 

Abonnez-vous

Pour recevoir les actualités toutes fraîches par e-mail, c'est simple :

toto [wysija_form id="2"]
Holler Box